Et maintenant, un petit instant de littérature, avec le roman « Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban », écrit en 1999 par J. K. Rowling.

    Une nouvelle fois encore, Harry Potter passe ses vacances d'été chez les Dursley, son oncle, sa tante et son neveu qui le détestent et le méprisent. Cette année-là, quelques jours avant la rentrée, pris d'un accès de colère, il s'enfuit de leur maison, en utilisant la magie au passage, et se retrouve à la rue. Par accident, il fait apparaître un bus magique qui l'emmène jusqu'à Londres, où Cornélius Fudge, le ministre de la magie, le retrouve. Heureux de le découvrir sain et sauf, il ne le blâme pas pour son utilisation interdite de la magie et le met sous bonne garde.
    Harry le comprendra très vite, il est surveillé de près car un prisonnier redoutable de la prison magique d'Azkaban s'est évadé et cherche à le tuer. C'est donc dans une atmosphère de tension que le monde de la magie se trouve, pour sa troisième rentrée à l'école de Poudlard.

    Troisième volume des aventures de Harry Potter. Les mêmes qualités et défauts que ses prédécesseurs sont à noter. Suivant la même trame que ceux-ci, il arrivent un peu à s'en détacher en rajoutant de nouveaux lieux à l'aventure.
    Toujours soutenu par une narration simple et dynamique, l'ambiance commence à s'assombrir un peu, avec des créatures lugubres et dangereuses rôdant aux alentours de l'école, et des menaces de morts pesant sur de nombreux personnages, principaux et secondaires. Cela reste toutefois toujours de la littérature de jeunesse, parfois un peu confuse ou caricaturale, mais encore assez jouissive.