Et maintenant, un petit instant de littérature, avec le livre « Harry Potter et la Coupe de Feu », écrit en 2000 par J.K. Rowling.

    Cette année-là, chez son oncle, les grandes vacances furent moins pénibles qu'à l'accoutumée. Et, comble de chance, les Weasley comptent emmener Harry Potter à la finale de la coupe du monde de Quidditch ! Un spectacle incroyable, merveilleux, éblouissant s'offre alors à Harry, grand fan de ce sport. Mais la joie est de courte durée, car des fauteurs de troubles sèment alors la pagaille dans le camping occupé par des sorciers du monde entier, avec, en guise de final, l'apparition de la Marque des Ténèbres, le symbole de Voldemort, haut dans le ciel.
    C'est à l'ombre de cet incident que, quelques jours plus tard, commence la quatrième année de Harry à l'école de Poudlard. Une année qui s'annonce enfin normale, jusqu'au jour où Harry apprend qu'il est choisit, sans avoir postulé, pour une dangereuse compétition : la Coupe de Feu.

    Quatrième année. Que dire de plus par rapport au précédents opus ? Le ton commence à se vouloir plus adulte, plus sombre, mais les mêmes qualités et défauts continuent à se faire sentir. Le ton est toujours dynamique, parfois humoristique, ce qui, associé à un style sobre, donne un livre facile à lire.
    Toutefois, cet opus, comme les autres, n'est pas dépourvu de défauts. Entre le plan de Voldemort inutilement complexe et la promotion de deux monologues de méchants pour le prix d'un, le scénario, qui monte d'un cran dans le manichéisme, a parfois du mal à rester crédible. Je noterai toutefois que certains personnages sont bien rendus, avec leurs erreurs, leurs soucis, leurs états de choc, peut-être mieux que dans les précédents ouvrages.
    Au final, même s'il est loin d'être parfait, le livre reste tout de même agréable, bien qu'on puisse être ennuyé par une certaine forme de répétitivité si les épisodes sont trop vite enchaînés les uns à la suite des autres.