Et maintenant, un petit instant de cinéma, avec le film « The Host » (« Gwoemul » en version originale coréenne), réalisé en 2006 par Bong Joon-ho, selon un scénario de Bong Joon-ho, Baek Chul-hyun et Ha Won-jun.

    Au bord du fleuve Han, sur les berges de Séoul, Park Gang-du tient un petit snack avec son père Hee-bong et sa fille Hyun-seo. Un jour, une créature aquatique monstrueuse, produite par le rejet de produits toxiques dans le fleuve, sort de l'eau et attaque la foule, provoquant de nombreux morts et disparus, dont Hyun-seo.
    Placé en quarantaine avec tout les badauds qui ont été présents sur les lieux du massacre, dont ce qui reste de sa famille, Park se sent coupable de la disparition de sa fille. Mais un appel téléphonique venant d'elle lui apprend qu'elle est encore en vie, quelque part dans les égouts de Séoul. Avec son père, sa soeur Nam-joo et son frère Nam-il, il s'enfuit et part à la recherche de sa fille pour la sauver et du monstre pour se venger.

    Film de monstre dans toute sa splendeur, The Host se distingue premièrement avec la créature en question. Soutenu par de bons effets spéciaux, le design de la bête se veut original et parvient à l'être. A la fois aquatique et terrestre, colossale et vive, ses apparitions, et notamment la première, sont spectaculaires. Alternant avec elle les scènes d'actions et les scènes d'angoisse, le script fait d'elle une menace plus que convaincante.
    Mais The Host n'est pas seulement un monstre : c'est aussi de bons acteurs, des personnages qui sortent du commun mais restent malgré tout crédibles et capable d'erreur (il en feront même un sacré paquet, faisant du groupe un ensemble de bras cassés pendant une bonne partie du film) et un scénario qui, dans l'ensemble, tient la route.
    C'est toutefois par lui que viennent les principaux défauts, que sont un passage du temps parfois confus et des ellipses malencontreuses. La scène de la bataille finale ne convainc pas tout à fait non plus, faisant soudainement de anti-héros un groupe bien soudé, où chacun se trouve au bon moment au bon endroit et accompli sa tache sans erreur.
    The Host reste néanmoins un bon film, suivant certes les sentiers battus du genre, mais en exploitant efficacement ses ficelles.