Et maintenant, un petit instant de littérature, avec le roman « Zoulou Kingdom » écrit en 2006 par Christophe Lambert.

    En 1879, L’Angleterre s'apprête à annexer le Zoulouland par la force. Les troupes britanniques sont déjà en place pour l'invasion. Mais c'est sans compter sur le grand sorcier Mpande, dont la puissante magie permettra aux guerriers zoulous de mettre en application un vieux proverbe : « la meilleure défense, c'est l'attaque. »
    C'est ainsi qu'une horde de « sauvages », littéralement téléportés, déferlent en Angleterre, dont les forces terrestres sont disséminées partout dans le monde. Londres est protégée par trop peu de soldats, et la rumeur d'une armée marchant sur la capitale provoque un vent de panique parmi les londoniens.

    Mélange d'uchronie et de fantasy, Zoulou Kingdom nous montre, certes, quelques aspects de la culture zoulou, mais surtout la Londres victorienne. L'auteur, visiblement bien documenté, nous fait plus plonger dans les ruelles sombres et étroites que dans les grandes avenues des aristocrates, révélant dans ses pages les vices et les espoirs de l'époque, ruinés peu à peu par la crainte grandissante des l'armée zoulou. Quelque part, on peu rapprocher la fuite et la panique de celle de la Guerre des Mondes de H.G. Wells, si ce n'est que, cette fois, l'ennemi est bien humain, et avec une technologie moins avancée de surcroit.
    Le premier défaut que je trouverais à ce livre, c'est que l'auteur prend un parti : il insiste quelque peu sur le fait que les zoulous respectent à leur manière les morts ennemis et ne font, au final, que se défendre (possiblement pour éviter le risque d'être taxé de racisme), et de l'autre côté, insiste bien plus sur les travers que sur les qualités de la civilisation anglaise. Il me semble que l'auteur aurait eu plus à gagner en restant réellement neutre. Quant au second défaut, c'est la prolifération d'histoires parallèles avec lesquels l'écrivain a dû jongler, avec difficulté sur certains passages.
    Mais j'ai tout de même, en ouvrant ce livre, découvert une petite surprise, un roman agréable à lire, bourré de « guest stars », et somme toute, malgré ce bref interlude de fantasy et le premier défaut ci-dessus, assez réaliste.