Et maintenant, un petit instant de littérature, avec le roman « l'Histoire sans Fin » (Die Unendliche Geschichte) écrit en 1979 par Michael Ende.

    Bastien Balthasar Bux est un jeune garçon bourré de défauts. Il est gros, peureux, timide, pas très beau, complexé. Maltraité par ses camarades de classe, élevé par un père souvent absent et inattentif, ses seuls refuges sont son imagination et sa passion pour la lecture. Un jour, entrant dans une librairie, il vole un livre et décide de fuir cette vie morose. Mais avant tout, il prend le temps de lire son butin, réfugié dans le grenier de son école.
    C'est l'histoire d'un monde extraordinaire, appelé tout simplement le Pays Fantastique. C'est un monde qui se meurt, emporté dans le néant. Un héros, Atréju, est dépêché pour trouver le remède au mal qui ronge cet univers. Progressivement, il apprend que le Pays Fantastique se disloque peu à peu à cause du manque d'imagination des hommes. Seul un homme pourrait les sauver, en donnant un nouveau nom à la Petite Impératrice, maîtresse incontestée du Pays. En même temps, Bastien comprend petit à petit que ce livre n'est pas ordinaire : il attend de lui, Bastien Balthasar Bux, qu'il prenne part à l'histoire, et nomme lui-même la Petite Impératrice.

    Fer de lance de la fantasy allemande, L'Histoire sans Fin est connue de nom, et souvent seulement de nom. Cela est fort dommage, car c'est un livre très créatif, intelligent et philosophe, élevant l'imagination en valeur capitale, et prônant la liberté de choix et d'action. Souvent, quand on le lit, on ne peut être que surpris, parce qu'on ne peut s'attendre à ce que vont découvrir les protagonistes, leurs nouvelles rencontres, les nouveaux décors.
    Hélas, la trame de l'histoire est relativement linéaire, un lieu dirigeant vers un autre, et la créativité n'est pas constante au fil de l'intrigue. J'ai ressenti un manque d'inspiration de la part de l'auteur pendant une centaine de pages, au milieu de la seconde moitié. Seconde moitié qui, à mon avis, n'égale pas la première, ce qui laisse un petit goût de déception. Néanmoins, c'est un livre intéressant, car il y en a peu dans le même genre. L'histoire sans fin est une nouvelle histoire qui s'offre à vous.