Et maintenant, un petit instant de cinéma, avec le film « The Mist » réalisé en 2007 par Frank Darabont, selon son propre scénario, basé sur la nouvelle éponyme de Stephen King.

    David Drayton vit avec sa femme Stephanie et son fils Billy dans le Maine (avec Stephen King, cela ne pouvait être autrement). Après un violent orage, David part en ville avec son fils pour faire des provisions, en compagnie de leur voisin, Brent Norton. Une fois dans le supermarché envahi de clients faisant eux aussi des réserves, ils constatent avec toute cette foule une activité frénétique dans les rangs des forces de l'ordre, de nombreuses voiture se succédant à toute allure au-dehors.
    C'est alors que la sirène de la ville retentit, et qu'un habitant de la ville, taché de sang et paniqué, entre en trombe dans le magasin, hurlant qu'une grande menace pèse dans la brume, cette brume même qui arrive et se répand depuis le coin de la rue. Inquiété par ce nouvel arrivant, par la sirène et par des cris de terreur et de douleur venant de l'extérieur, les responsables du magasin décident de fermer les portes. Le brouillard se répand alors partout, obstruant la vue de toute la baie vitrée.

    L'histoire racontée dans ce film est typique de l'oeuvre de Stephen King, et en accumule de ce fait toutes les qualités et tous les défauts. Bien que prévisible et similaire à d'autres créations de l'écrivain, réunissant tout ses ingrédients fétiches (un peu d'angoisse, des créatures redoutables, une bonne dose de cynisme, et les personnages habituels, du bon américain héroïque aux rednecks en passant par les fanatiques religieux), elle n'en reste pas moins bien ficelée.
    Je ne pourrais dire si le scénario est fidèle à la nouvelle, car je n'ai jamais lue celle-ci. En tant que réalisateur toutefois, le travail de Frank Darabont est classique, dénué de créativité, mais bien efficace, avec une bonne maîtrise des techniques traditionnelles. Aucune surprise, donc, tant dans le fond que dans la forme, mais l'ensemble s'ajuste bien, certes pas en oeuvre artistique, mais au moins en production divertissante.