Et maintenant, un petit instant de cinéma avec le film « Memento » réalisé en 2000 par Christopher Nolan, selon un scénario de Christopher Nolan et Jonathan Nolan.

    Leonard Shelby, un ancien inspecteur dont le rôle était de débusquer les arnaques à l'assurance, a perdu sa femme, son travail, et même une grande partie de sa vie. Tout cela à cause du meurtrier de son épouse. Depuis, son seul but est de retrouver le tueur et de se venger. Balloté entre Natalie et Teddy, il cherche à percer les mensonges et à découvrir la vérité.
    Hélas, Leonard a un handicap de taille. Ayant reçu un mauvais coup à la tête lors du meurtre de sa femme, il a perdu toute mémoire immédiate. Tout ce qu'il vit, entend, voit, apprend est intégralement oublié dans les minutes qui suivent. Il ne lui reste que son passé lointain, s'achevant à l'instant de cette blessure. Pour que tout le reste ne s'évanouisse pas, il est obligé de prendre des photos et des notes qu'il se fait tatouer sur son propre corps.

    Chronologiquement, l'intrigue de ce thriller est classique, hormis la particularité de son héros. La réalisation est de qualité, le jeu d'acteur convainquant, l'histoire très simple et légèrement bancale, notamment sur le fait que la « vitesse d'oubli » de Leonard est très variable en fonction des scènes. L'ensemble aurait dû donner un film totalement plongé dans la masse du genre.
    Mais son intérêt réside dans sa narration, car une partie est antéchronologique, c'est-à-dire que le film débute avec la fin de l'histoire, et va à rebours. On se retrouve donc régulièrement, comme le héros, à entamer un moment de l'intrigue sans rien savoir de ce qui s'est déroulé avant. Au fur et à mesure, on décortique les manipulations, non pas parce que Leonard les met à jour, mais parce qu'on apprend peu à peu ce que lui a oublié. Même si elle n'est pas parfaite, cette oeuvre reste de bonne facture, et sa méthode de narration la rend intéressante à découvrir.