Et maintenant, un petit instant vidéoludique, avec le jeu-vidéo « Ghouls'n Ghosts » développé en 1988 par Capcom.

    Trois ans se sont écoulés depuis la fin de Ghosts'n Goblins. Arthur et sa fiancée coulent des jours heureux. Mais Loki (dans la version mégadrive, sinon c'est Lucifer) revient, et le monde est à nouveau inondé de démons et de morts-vivants. Arthur voit sa fiancée se faire tuer et son corps est enlevé sous ses yeux.
    Parcourant la région jusqu'au château de son ennemi, Arthur affrontera des légions de créatures aussi maléfiques les unes que les autres.

    Petit frère du vénérable Ghosts'n Goblins, je ne sais pas si ce jeu est aussi difficile que son ainé. Personnellement, je l'ai fini en moins d'un mois car je ne jouais pas sur la version arcade, mais sur la version mégadrive qui permet de réessayer à l'infini, d'accumuler autant de game over que notre patience est capable d'accepter. Parsemé de passages assez délicats pour devoir les retenter de nombreuses fois, ce n'est pas un jeu dédié à qui n'aime pas perdre de vie.
    Toutefois, soutenu par des graphismes à la fois lugubres et colorés, par une bonne bande-son, et par un gameplay simple mais exigeant, Ghouls'n Ghosts sait transformer la frustration de l'échec non pas en abandon, mais en persévérance. Je l'ai trouvé prenant et addictif malgré la répétitivité des tentatives.
    Mais je soulèverai malgré tout un gros point faible : le jeu se termine sur un boss final beaucoup trop facile comparé au reste de la partie, et sur un texte de fin que moi-même je saurai mieux écrire (et je jouais à une version anglaise, c'est dire la catastrophe). Cela m'a provoqué un sentiment de déception venant occulter la sensation de victoire.
    Malgré tout, cela reste un bon jeu, avec une difficulté conçue pour ne pas être un obstacle au plaisir, mais au contraire son catalyseur.