A la longue table
Du grand godi,
Une chaise est vacante, est laissée seule.
Est-ce plus agréable ?
Le frère maudit
Subit sa récompense veule.

Je prend la défense
Du grand coupable,
De celui dont proviendraient tous les maux.
Aucune chance !
Espoir de sable !
On fait naufrage à demi-mot...

Enchaîné

Est le grand loup, son fils hurlant,
Jeté à l'eau fut le serpent.
Chevauché le cheval filant,
Au loin sa fille en ses arpents.

Qui est plus haï,
Même à genoux,
Que l'ennemi, cet intrus exécrable ?
Chacun se dit :
« Il n'est pas de chez nous
Et pourtant il mange à nos tables... »

Enchaîné

A la pierre où le venin coule,
Il ne dit rien, souffrant, il râle.
On trouve encore à dire, on se défoule,
Sur son chemin on se décale.

Loki, Loki, pourquoi cette trahison ?
« Car ainsi j'ai ma vengeance ! »
Odin, Odin, n'est-ce pas la déraison ?
« Je suis le bouc émissaire en sa gouvernance ! »

Enchaîné,

Enchaîné,

Est le dieu de tous les exclus,
Des bêtises et du mal-être.
Dieu-racaille vu comme superflu,
Chair à canon pour ses maîtres :

Heik et Heik Loki !