Vous savez, les enfants, quand je regarde l'avenir, souvent, ça me fait peur. Toujours, ça me fait peur. C'est pas parce qu'ils ont des têtes bizares non, les Koroks aussi ont des têtes bizares. Et pour eux, c'est nous qui le sommes. Ca nous empêche pas de chasser ensemble, de temps en temps. Non, ce qui me fait peur, c'est plutôt leur façon de vivre. Ce sont des sages, voyez-vous. Nous, on est pas grand chose à côté d'eux. Leur sagesse, c'est le calcul. C'est le comptage. Nous, franchement, on s'est fait un truc compliqué : on compte avec le pouce, sur les phalanges. 3 par doigt, 12 par main, 24 au total. En général, c'est suffisant. Et quand ça l'est pas, on a les trois rides, dans la paume de la main, c'est un “3” supplémentaire, ça monte à 72. On compte d'une main, et de l'autre, on montre la ride pour ne pas l'oublier. Eh bien, c'est con, dit comme ça. Quand on compte, on a l'impression de danser. Et puis nous, on a rien au-dessus de 72. A quoi ça sert ? Il y a beaucoup de choses qui sont beaucoup plus nombreuses que 72, mais franchement, qui irait se fendre le crâne à aller compter ? Ben c'est eux. C'est des fortiches pour ça. Ils se taperont un bon gros délire avec des 10 de 10 de 10 de 10 à en perdre la tête. Et ils compteront tout. Ca m'étonnerait à peine qu'ils se mettent à quatre pattes, pour compter le nombre de brins d'herbe qu'il y a dans une plaine. Et puis, c'est des malins : s'ils ont choisi 10, c'est parce qu'on a dix doigts ! Evidemment, ils ont pas d'astuce pour mettre des 10 de 10 de 10 de 10 dans 10 doigts, faut pas trop en demander non plus. Ils feront ça avec des trucs, dans lesquels ils piègeront de la foudre. Ces trucs-là, ils compteront, et les hommes, ils se tueront à la tâche, pour produire cette foudre. Ils feront ça quasiment tous les jours, depuis le lever du soleil, jusqu'à son coucher, et même parfois durant le temps des Etoiles. Ils ne se permettront pas de dormir beaucoup pour faire ce qui leur semblera nécessaire. Et ils auront depuis longtemps oublié les Etoiles. De toute façon, l'humain se fera Soleil, avec cette foudre, et les Etoiles, ils ne pourront même plus les voir. On vous dit tout le temps les enfants “Regardez la Rouge sans but. Regardez la Grande Eclat. Et surtout, regardez celle qui s'oppose au Soleil : elle ne bouge pas, elle, elle vous montre le chemin.” Regardez les toutes, les enfants. S'il en manquait ne serait-ce qu'une seule, le ciel ne serait plus vraiment le même. Les humains auront oublié ça. Ils penseront que la totalité de notre sagesse se trouve sur les parois de nos grottes. Et c'est précisément pour cette raison que plus personne n'aura le droit d'y entrer. Si j'ai bien compris, les peintures seront tellement vieilles que la simple présence de quelqu'un suffira à les abimer. Mais à quoi ça sert qu'elles existent, si plus personne ne les voit ? Ils seront capables de réparer tout ce qui s'abime, mais ils refuseront obstinément de réparer nos peintures, je ne sais pas trop pourquoi. Ils oublieront l'essentiel. Avec les Etoiles, ils s'amuseront à tracer des traits, à les relier les unes aux autres, comme si une Etoile ne pouvait pas être quelque chose, à elle toute seule. Ils les remplaçeront par de grands hommes qui vivent dans les nuages, ou quelque part dans un autre monde, des hommes tellement sages qu'ils comprendront parfaitement, eux, pourquoi il est nécessaire de se faire la guerre continuellement. Ils auront une langue commune pour le monde entier, mais tout le monde tiendra à ne parler que sa langue à soi. Ah, ne cherchez pas à comprendre ; moi, ça fait longtemps que j'ai arrêté d'essayer. Il y à au moins une chose d'intéressante, que j'ai apprise d'eux : le monde, en fait, c'est une gigantesque boule. Je sais, ça parait étonnant au départ, mais quand on y réfléchit un peu, au final, ça tombe sous le sens. Ca explique l'horizon. Ca sera une excellente nouvelle pour eux, ça leur permettra de faire le tour de leur territoire. Enfin, en vérité, on promettra ça à tout le monde, mais bien peu pourront le faire. Ce seront les chefs, qui le feront. Ceux qui compteront vraiment. 24. 48. 72. Plein. Plein 24. Plein 48. Plein 72. Trop. Trop 24. Trop 48... Je ne vais pas compter jusqu'à “Tout”. Et les membres de leurs tribus, ils s'échineront du lever au coucher pour eux. Au premier pas de travers, ils leur diront “Ho, t'as vu où il en est le Soleil ? Allez hop, tu dégages.” Et ils se retrouveront à demander à tous le monde un peu de quoi manger. On dira “Mon pauvre, la chasse n'a pas été très bonne ?” “Tu sais, l'humain n'est plus tellement un chasseur, il a passé l'âge.” “Certes. Il vous en faut combien ? 3 ? 6 ?” Il répondra “Plein !”. C'est comme ça, l'humain restera un chasseur. Hélas. Il aura juste changé de gibier. Leur gibier, ça sera des petits trucs qui servent à rien, mais qu'ils se seront tous mis d'accord qu'au lieu du troc, on échangera ce dont on a besoin, par ces petits trucs. Ca parait une bonne idée à la base. Ca permet d'avoir de la part de quelqu'un quelque chose dont on a besoin, même si nous-même on a rien d'autre qui puisse l'intéresser. Mais du coup, ils ne penseront plus qu'à ça, à rien d'autre. Le monde, ils le dévasteront pour en avoir le plus possible, le plus vite possible. Au lieu de chasser, ils piègeront leur gibier dans des espèces de grandes huttes, dans lesquelles il pourra à peine bouger de toute sa vie. Ils en feront tout ce qu'ils veulent. Leurs petits, ils les retireront à leurs mères, pour avoir le lait à leur place. Toujours plus. Toujours trop. A en faire crever la pauvre. Franchement, vous m'imaginez, les enfants, boire du lait à mon âge ? Ils auront toujours des loups avec eux, mais ils ne seront plus vraiment les mêmes. Ils serviront juste de jouets, et eux, ils auront appris à se laisser faire. Vous imaginez un peu, la trahison ? Apparemment, ils réussiront ça en décidant eux-même quel loup s'accouple avec quelle louve. Génération après génération. Tiens, tu imagines, Bom, que je te dise “toi, tu t'accouples avec elle maintenant, et personne d'autre. Pas de discussion.” ? Ils se feront ça aussi, les uns aux autres. A tel point que chacun se le fera à lui-même. C'est surtout aux femmes, en vérité, qu'ils feront ça. Ca suffit pas de s'emparer du monde entier, il leur faut aussi s'emparer de l'autre sexe... Hein ? Non mais répète Bom, je t'ai pas entendu. Non mais je sais que toi t'aimes les hommes, à ton avis, pourquoi c'est toi que j'ai choisis ? Bref, ils en feront ce qu'ils veulent, de toutes les autres espèces aussi. Ils les feront danser pour eux. Ils leur feront des choses, par simple curiosité. Quand il ne s'agit pas tout simplement de les exterminer parce qu'on a pas envie qu'ils existent. Et ils continueront encore à porter leur fourrure. Ca, ça parait normal, dis comme ça. Il faut préciser qu'à leur époque, ils auront beaucoup mieux que la fourrure, mais ils continueront quand même d'en porter. Et eux, leur fourrure, ils la prendront pendant que l'animal est “encore” en vie. Elle est plus jolie comme ça, semblerait-il. Elle ne servira plus qu'à ça en vérité, à être jolie. Faut pas chercher à comprendre. Ils oublient ce qui est nécessaire, et ils gardent ce qui est... utile, à une certaine époque. Ils n'ont pas que des défauts cela dit. Ils sauront beaucoup de choses. Enormément de choses, qu'en grande partie, je ne parviens pas à saisir. Ils sauront ce qu'est la chair, la pierre, l'eau, le vent. Ils se prouveront à eux-même je ne sais pas trop comment qu'au final, absolument tout est plus ou moins la même chose. Mais à quoi ça sert de le savoir, quand on ne parvient plus à le comprendre ?... Vous savez les enfants, l'humain est loin d'être parfait, déjà aujourd'hui. Il ne l'a jamais été. Il est comme tous les autres, c'est tout. Mais je me demande comment cela peut bien dégénérer à ce point-là... Je cherche. J'ai passé toute ma vie à chercher. J'ai fouillé de fond en comble, à toutes les époques, d'ici à là-bas. Et je commence à me dire que je suis allé chercher beaucoup trop loin... Il est là. Juste là, bien sagement. Ca fait un bout de temps qu'on a plus peur de lui. On se dit qu'il est sous notre contrôle à présent. Et c'est vrai qu'il nous rend de fiers services, à tel point qu'on ne sait plus se passer de lui. Il attend le bon moment pour nous consummer de l'intérieur. Ca a déjà commencé en réalité, on est devenu orgueilleux face à lui. Orgueilleux face au monde. On a un allié de poids, et il nous obéit au doigt et à l'oeil. C'est exactement ça, qu'on risque de faire avec tout le reste. Voilà la raison pour laquelle je vous raconte tout ça aujourd'hui les enfants. C'est une leçon que j'aimerais que vous tentiez de répandre autour de vous quand vous serez grand. Ne jouez pas avec le Feu.