D'abord on marche un petit peu,
L'objectif c'est le biberon ;
Ca donne envie, c'est comme un jeu,
On fait le tour de la maison.

Puis on voit la grande ville,
Puis il faut poser son cul
Sur un banc, croiser les ch'villes,
Pour t'causer d'un mond' voulu.

On regard' par la fenêtre,
On voit le nuage en haut.
On se dit : “un jour peut-être,
J'sortirai du caniveau.”

Mais attend, holà, bonhomme !
Si t'es né, c'est pour bosser.
Sous son allur' fanfaronne,
Dromomane est un cinglé...

Avant pourtant on migrait,
Besoins de la prédation.
Puis on s'est mis à cultiver,
Et à faire des nations.

Vois les Civilisations
Qui te donn'nt un beau logis !
Des impôts et des prisons,
Un loyer pour un taudis.

Puis y'a eu les machines
Qui occup'nt les ouvriers ;
L'ingénieur lui il s'échine
Entr' deux plag's et deux étés,

Et la Scienc' du Respectable
A écrit dans ses cahiers :
Les vagabonds sont malades,
Dromomane est un cinglé...

Pourtant on a découvert,
Les navires ont navigué.
Des convois avançaient vers
Pleins d'exotiques denrées.

Mais bien sûr il faut du fric
Pour s'construire un gros bateau !
Le marin qui montait vite
Sans payer fut un salaud !

Y eu des explorateurs,
De Sagesse et de Raison !
Missionnair's, guerriers sans peur,
Voyant d'autres horizons !

Pour les mettre à feu à sang,
Ca c'est juste et raisonné.
Faut bien trouver son argent :
Dromomane est un cinglé...

Hélàs aujourd'hui la Terre,
De fond en comble on la connait.
T'arriv's trop tard ; et l'Univers,
C'est bien trop tôt à c'qu'il parait.

Donc enfil' tes gros chaussons,
Quand tu rentres du travail :
Le confort de la maison,
Du sédentaire au bercail.

Dans l'p'tit écran du salon,
Parait qu'y a des âm's qui vivent ;
Pendant ce temps-là ton patron
Pay' ses vacances aux Maldives.

Il a droit ! C'est lui qui bosse
Le plus dur pour fair' son blé !
Toi tu mont's pas dans l'carosse :
Dromomane est un cinglé...

Ainsi vois-tu mon cher enfant,
Le monde il est pas fait pour toi.
Il est cruel et très méchant,
C'est bien la Natur' qui veut ça !

Soit modeste et ton salaire,
Use-le pour tes bambins ;
Cess' de penser à la Terre,
Voyager ne sert à rien.

Payer pour s'taper l'incruste,
Pour apprendre le créole ;
Le mond' pour toi il est juste
Sur la cart' de ton école ;

Pour vivre il faut de l'argent :
Que feras-tu pour l'gagner ?
“Je serai biker, Maman :
Dromomane a tout pigé !”